Chapelle Saint Blaise

Travaux de mise en sécurité de la Chapelle Saint Blaise

p6233385v2

La Chapelle Saint-Blaise, édifice du XIIème siècle, inscrit à l’Inventaire des Monuments Historiques depuis le 07 novembre 1973 et établi sur un site archéologique protégé dans le vieux quartier du Pontreau, présente actuellement des désordres très préoccupants de nature à menacer la stabilité de l’ouvrage et, par-là, la conservation des vestiges.

En effet, la végétation s’est considérablement développée sur les têtes de mur et endommage sérieusement les enduits mis en œuvre, il y a quelques années, afin de les consolider en évitant les infiltrations d’eau. Les maçonneries sont également très fragilisées et de nombreux joints sont ruinés. Localement, des pierres sont cassées voire éclatées et des bas de mur en périphérie sont évidés.

En 2013, la structure de l’édifice se trouvant menacée par plusieurs effondrements localisés de pierres, dont certains très importants, tel que celui qui affectait le mur Nord intérieur de la Chapelle, la commune est intervenue, dans l’urgence, afin de mettre en sécurité l’édifice et de procéder aux premières opérations de confortement de l’ouvrage.

Bien entendu, l’œuvre du temps a rendu inefficaces les étaiements (éléments de soutien sur un ouvrage pour supporter des charges et éviter un affaissement) et les étrésillonnements (pièces de bois ou d'acier placées transversalement entre des murs pour les soutenir) mis en place.

En conséquence, et s’appuyant sur un rapport des Bâtiments de France et de la Conservation Régionale des Monuments Historiques remis en 2018, il devient, à nouveau, impératif et urgent d’intervenir pour effectuer une consolidation provisoire de la Chapelle Saint-Blaise.

Malheureusement repoussée pour des raisons budgétaires ces dernières années, et grâce à un équilibre retrouvé cette année, elle a enfin débuté en avril 2019 et devrait durer jusqu’en juin de la même année.

Cette opération émane d’une forte volonté de la part de la Municipalité de protéger cet élément incontournable du patrimoine historique de la commune. De plus, sa sauvegarde est largement plébiscitée par la population, en témoigne le très fort soutien de l’association Animation Solidarité du Pontreau (voir plus bas).

Les interventions de sécurisation que la commune doit réaliser consistent à :

- Déposer l’ensemble des étaiements inefficaces ;

- Mettre en place de nouveaux étaiements ;

- Dévégétaliser l’ensemble des maçonneries ;

- Purger les maçonneries les plus instables et dangereuses et les consolider ;

- Protéger, de façon temporaire, les arases.

p4097750v2

p4187908v2

p4187918v2

Le montant de ces travaux est estimé à 25 000 € HT. Le chantier a été confié à l’entreprise DAGAND, spécialisée dans la restauration de monuments historiques.

La Chapelle étant protégée au titre des Monuments Historiques, cette opération bénéficie du soutien financier de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC Nouvelle-Aquitaine) à hauteur de 7 500 €. Notons également l’important don de 5 000 € provenant de l’Association Animation Solidarité du Pontreau que nous remercions.

p6233382v2

Se trouvant dans un quartier ancien et très vivant de la ville, ce patrimoine majeur est à préserver et à mettre en valeur. Souhaitons qu’une restauration complète de l’édifice et une valorisation du site, actuellement fermé au public, puisse être envisagées.


Histoire de la Chapelle Saint Blaise :

p6233383v2Elle fut construite au XIIème siècle sur la rive droite de la Péruse dans le faubourg du Pontreau.

Ancienne église prieurale dédiée à Saint-Benoît, elle fut fondée par l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée et placée sous la protection du Castrum de Ruffec (lieu fortifié).

Située à l’entrée est de la ville, à proximité d’un passage à gué, elle devait le contrôler. Bien qu’il n’y ait aucune mention historique dans les textes, certains auteurs ont attribué cette église à l’ordre militaire des Templiers.

Connue aujourd’hui sous le la dédicace de Saint-Blaise, elle a changé de vocable au XVIème siècle, lors de son rattachement à la paroisse de Saint-André.

En effet, à proximité de l’église Saint-Benoît, se situait l’ancienne aumônerie Saint-Blaise, destinée aux pauvres et aux malades, et servant d’étape aux pèlerins de Compostelle et marchands. Saint-Benoît devint, par la suite, la chapelle de l’aumônerie Saint-Blaise, d’où elle tire son nom actuel.

De simple plan rectangulaire et de proportions modestes, elle est aujourd’hui ruinée. Elle conserve encore le mur plat de son chevet composé d’un élégant triplet*. On devine aussi sur le mur du chœur à l’intérieur, le départ de la voûte en plein cintre qui devait couvrir l’ensemble de l’édifice. Subsistent encore des modillons sculptés.

pc066248v2

pc066229v2

pc066323v2

Une fois désaffectée, elle devient une propriété privée et fut utilisée comme grange. Classée à l’inventaire des Monuments Historiques en 1973, la Commune de Ruffec l’achèta pour 1 franc symbolique en 1993 à une association qui en avait fait l’acquisition. Son état devenait déjà préoccupant, sa couverture était déjà absente. Afin de la préserver, plusieurs campagnes de consolidations ont vu le jour depuis.

*Au chevet plat de la chapelle, on remarque un ensemble de trois baies romanes en plein cintre, identiques. Elles forment, ce que l’on appelle un triplet. Cet élément architectural est trop souvent associé sans preuve, à l’ordre des Templiers. En effet, le triplet est une forme récurrente dans toute l’architecture romane du XIIe siècle en Charente.

Sources : Ville de Ruffec et Fiche art roman, livret collector Art roman - Communauté de Communes Val de Charente.

Image